Consciemment

compote dans un joli bol, cuisinée en conscience
Compote consciente

Nous connaissons les cinq sens principaux, que l’on apprend très tôt et que l’on nomme sur les bancs de l’école : l’ouïe, la vue, le gout, l’odorat, le toucher.
Le fait de les nommer renforce leur existence. Il est reconnu depuis longtemps que si un ne fonctionne plus, les autres fonctionnent plus.

Qu’en est-il de celui qu’on appelle 6ème ?
Cette intuition, ce ressenti, cette connaissance que l’on a, cette certitude que rien n’explique ?
Discrète ou hurlante, selon les jours.

Ce matin, je me réveille pour une fois à une heure décente, ma journée sera dynamique et détendue.
Super !

Le ressenti

La fatigue est restée quelque part dans ma nuit, et je me sens reposée. Ressenti.
Dans quelle catégorie placer ce sens ? Il a une grande importance et influence mon quotidien !
La maison calme, on est le week-end, la rue est moins passante, chacun reste profiter de sa maison, de sa famille. La aussi, ressenti.
Je décide de travailler au rez de chaussée aujourd’hui, la verrière apporte une énergie toute particulière, une clarté puissante et douce à la fois. Ressenti.

J’aime être connectée à ce ressenti. Assez rare encore de l’écouter…

Revenons au concret :

Petit dèj : j’écoute ma faim, et ce que je veux boire. Restes de riz au lait et café. Une pomme aussi.

Le riz est déjà prêt, l’eau bruisse du robinet à la bouilloire, le « clang » de la boite à café quand je l’ouvre, libère les parfums enfermés qui iront infuser dans l’eau chaude.

Les cinq sens vont préparer mon petit dej :

Je me doute un peu que les pommes dans la corbeille ne sont plus de première fraîcheur, nous sommes au début du printemps.
Au toucher, elles sont granuleuses, un peu molles, variété à cuire et bonne au couteau. Une partie est vraiment molle sous mon pouce. Je dis zut, j’ai laissé passer trop de temps. Le ressenti est là de nouveau. Légère culpabilité…

Je saisis le couteau et l’entame. Je sens sur mes doigts le jus couler, et l’odeur de la pomme crue vient me chatouiller les narines.
Ma vue constate qu’en effet elle est abimée en partie, je préfère la faire cuire.

Je me sers aussi bien du toucher que de la vue pour préparer cette compote toute simple :

Le toucher guide mon couteau affuté sur la chair de la pomme et je lui fais confiance de façon naturelle et ancestrale pour ne pas entamer la chair de mes doigts.

Ma vue donne l’indication nécessaire pour que mon couteau se glisse entre les parties abimées.

Mon ouïe est discrètement présente pour faire entendre, le crissement léger de la pomme coupée et le ploc tout aussi discret des morceaux qui tombent dans la casserole.

Mémoire corporelle

Le café embaume et je ne résiste pas à son appel. La légère amertume et  la chaleur me rappellent, telle une petite madeleine, un lever de soleil sur une terrasse encore mouillée de rosée, moment de plénitude heureuse.
Mon corps a décidément une belle mémoire.

Recette sentie

Je recouvre les pommes d’eau et pose la casserole sur la plaque de cuisson.  Je me fie à mon ouïe pour savoir que le gaz sort du buzeur, le cliquetis de l’allume-automatique, le léger claquement du gaz qui s’enflamme raisonnablement, la chaleur qui se dégage de sous la casserole. C’est bon, je peux quitter la pièce en sécurité, rien ne brulera.

Le riz est au lait vite mangé, j’avais faim et pensais déjà à mes occupations de la matinée.

J’installe mon ordinateur en bas, la ville se réveille, les voitures passent, les volets s’ouvrent, claquant ou couinant, les gens parlent dans la rue, un chien aboie. En vie.

Cuisson de pommes
Mon odorat indique que les pommes sont en train de chauffer, pas encore de cuire : L’odeur est légère.

Je vérifie mes mails, 5 min suffisent.
Je le fais très (trop ?) souvent.

Mon ouïe indique que l’eau s’est évaporée dans la casserole : le bruissement léger s’est accentué et j’imagine telle une enfant les pommes proches du fond de la casserole râler et dire : « hé ho ! On va se roussir les fesses là ! Il serait temps d’intervenir ! »

Je ris et remets de l’eau : elles ne sont pas encore cuites : fermes sous la cuillère qui touille… Et puis elles ne sentent pas encore la compote.

Un câlin au chat qui passe, quelques paragraphes de mon livre plus tard, ça y est, la compote me dit qu’elle est prête:

le langage compoté :

-Le bruit « Chkrouch-chkrouch » du fond de casserole,
– L’odeur des pommes compotées,
– La texture de la pomme sous la cuillère qui touille,
– Le gout, car je ne peux résister à l’appel bouillant de cette saveur,
– Et la vue, contactant cette blondeur soutenue, pleine de promesses.

J’en salive !

Une telle compote ne pourrait pas être mangée à même la casserole :
Je choisis un vieux bol délicat que j’affectionne, les enfants n’étaient pas nés quand je l’ai eu…J’y verse un peu de cet amas doré, et suprême délice d’enfance, y ajoute des amandes effilées.

En bouche, pour savourer cette simplicité gouteuse,
– J’écoute le crissement des fibres de la pomme encore en morceaux,
– Je perçois l’acidité sucrée de cette variété de pommes, si caractéristique des desserts,
– Je saisis le contraste de texture de la pomme fondante et du léger croquant des amandes,
– Et quand je respire, je reconnais l’odeur de la pomme cuite qui parfumait la cuisine…

Décidément manger « consciemment »
dévoile
un tas de richesses !

Prenez contact avec moi pour vivre des moments conscients
avec vos repas