Télétravail et balance

Télétravail et balance

Télétravail  et balance, petits soucis du quotidien.

Oui petits soucis, car s’ils nous prennent la tête au quotidien, il existe des choses plus grave dans la vie, question de regard.

Parce que je ne suis pas d’un naturel pessimiste et rabat-joie, je ne vous parlerai pas d’économie, de précarité, de santé, de solitude et de liberté…Les médias s’en chargent bien assez !
Télétravail, et balance donc vous dit le titre…

Tellement de critères rentrent en ligne de compte !
A nouveau la temporalité et le rythme de nos journées sont bousculés.
Les horaires sont difficiles à respecter, et le temps que nous passions à notre déplacement sur le lieu de travail est souvent converti en temps supplémentaire sur notre lieu de travail : l’ordinateur.

Balance et rythme

N’est-ce pas ?

Que ce soit le soir ou le matin, il y a facile une heure de plus… à moins d’avoir installé une autre activité.
Et puis comme on s’ennuie des autres, on va sur les réseaux dit sociaux pour les apercevoir, et on « scroll »…

Et puis la balance… ah la la !
Moi, Depuis le premier confinement, je n’ai pas renouvelé les piles. Économie de bouts de chandelle ! Ma garde robe me donnait à peu près la même info : Ma silhouette a évolué. Pourtant, je peux vous promettre que les sieurs Uber et Deliveroo ne connaissent pas la maison. Parce que ceux-là, pour faire bouger l’aiguille de cet engin sont assez balaises !

Plusieurs raisons

Bien sur, le grignotage aurait pu être soupçonné, mais sincèrement, pas tant que ça : Comme je faisais de vrais repas, je n’avais pas faim et n’étais pas toujours la tête dans le frigo. Bon ok, l’apéro de temps en temps, l’alcool étant celui qui transforme les sucres en graisses, cela doit aider dans la réduction de mes pantalons. Bon, 2 fois par semaine, ça ne me paraît pas si grave.

Il doit y avoir autre chose. Ce n’est pas nouveau tout ça ! Je pratique ce rythme depuis longtemps sans incidence sur ma penderie.

Et puis, je suis retournée travailler en vélo, et les jours où je ne travaillais pas, j’étais tout de même active physiquement. Et là, tout doucement, curieusement, moins fatiguée, moins essoufflée au moindre geste… pourtant j’avais pris l’habitude de marcher régulièrement, sans doute pas assez, pas assez vite…

En fait, un premier point dont je ne vous ai pas encore parlé est … tadatada, roulement de tambours… la sédentarité ! Savez vous qu’elle est aussi nocive que l’alcool et le tabac ? Voici une vidéo qui l’illustre très bien :

J’ai adopté depuis un autre rituel qui me convient.

En ce moment, on a tout de même plus de probabilité de faire bouger l’aiguille  de la balance dans le bon sens ou alors de la laisser bien en place : nous avons un peu plus de possibilités de sortir sans trop de risques. Les parcs sont ouverts, et nos rythmes de vie ont déjà un peu évolué : nous cuisinons plus, nous avons appris au fur et à mesure à mettre d’autres habitudes en place.

Esthétique ou non

Je continue de me faire à manger, des plats sains et gourmands… rien de neuf sous le soleil printanier. Et comme d’habitude, au printemps, on se demande comment être joli(e) en maillot ou en short… on n’a pas encore perdu tout le surplus de l’année dernière, donc faisons en sorte de ne pas rajouter une couche de plus !

Sans être une question d’esthétique, ce poids que la balance jauge, j’ai à le porter, au quotidien. Mes organes doivent contourner ou traverser ces petites couches successives pour fonctionner au mieux, pour que ce soit plus facile d’être en mouvement, plus facile de contacter cette motivation qui parfois me manque, et cette si belle énergie qui parfois déplaçait des montagnes.

Sur, travailler à la maison est difficile, surtout quand on fait l’école. Nous perdons la notion du temps. Et pourtant tout doit être fait encore plus vite, le travail à rendre est pour hier…

Le poids du quotidien

Voici donc un autre facteur du poids : le poids du quotidien, l’incertitude, la morosité environnante déclenche une protection toute naturelle, comme un tissu dont je me drape, pour me protéger du froid. Ce tissu dit adipeux est aussi une forme de protection… contre ce qui me « gonfle ».

Alors, je profite de ce temps pour dégonfler tout ça, et mine de rien, cela va plus vite que je pensais, transformer les idées en envies et réalisations, et sincèrement, je ne sais toujours pas ce que me dit la balance, mes pantalons se stabilisent, l’énergie est aux environs… et puis, je n’y pense plus.

La balance n’est qu’un informateur d’une globalité. L’alimentation, la sédentarité, l’humeur, l’environnement… Chacun a son point fort pour avoir du pouvoir ou non sur cette information.

Et là ma question est : est-ce important ?

La réponse vous appartient. Et à vous seul. Est-ce que vous gardez ? Est-ce que vous faites évoluer ? Que mettre en place pour arriver à gérer ces « petits soucis » du quotidien, avant qu’ils ne deviennent de vrais problèmes à plus long terme.

Si vous vous reconnaissez dans ce texte, que vous avez envie de faire la paix avec ce tempo et la balance, je serai ravie de vous offrir un moment d’échange en prenant rendez-vous.